Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Quoi de neuf Mr Farenheit
  • Quoi de neuf Mr Farenheit
  • : De l'actualité, de la société, de l'humain, beaucoup, des coups de coeurs et des coups de griffes, un peu d'art et de sculptures
  • Contact
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 00:13

J'avais eu unjour l'idée d'inaugurer une nouvelle rubrique destiné a lutter contre l'effet de masse ! Oui un scandale ne scandalise l'opinion que le temps de se faire occulter par le suivant... et on en oublie le premier et les suivants... Contrainte de l'actualité ? Perversion de l'actualité plutôt qui nous accoutumes lentement à l'inacceptable sous toutes ces formes ( et les formes de la perversion sont tristements infinie...) et anhile notre potentiel de révolte.
Cela aurait été mon humble contribution au travail de mémoire !
A savoir qu'à la requête "scandale", Google offrait à cette époque c'est a dire en 2008 3 680 000  réponses. Quelque chose me disait que que la rubrique allait être nourrit... j'envisageait de demander un mi-temps thérapeutique pour m'en occuper !

 

Quatre ans plus tard, la même requête sur Google offrait un peu plus de 18 millions de réponses ... Avec le recul je pense que le concept à de l'avenir mais que le mi temps va faire juste ...

 

Nous en sommes aujourd'hui  14 septembre 2014 à 21 700 000  réponses ( toujours en 0.26 secondes)

Repost 0
Published by farenheit - dans société
commenter cet article
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 00:00

Le souffle du soupir d'une tierce mineur
Fleurit les harmonies de ma triste langueur
 

 

D’une croche accrochée par un dièse à la clé 

Sur le dos d’un cœur aux diapasons mélodiques

La portée dérobée d’une altération jouée

Sur la gamme en blues des silences diatoniques

 

Aux muses interprètes d’improbables intervalles 

La pensée improvise de bien curieux bals

Repost 0
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 21:01

Hé oui, tous les mois Gilren  (http://amertume.over-blog.com/categorie-11428652.html) nous propose son petit jeu d'écriture avec 5 mots imposés.
Voiçi mes dernières contributions de janvier au Cercle des Pouêtes Pouêtes réapparus.

 

Cuculle – Gondolier – Musarder – Ribouldingue - Equitable

 

Invitation

Que ta plume s'en aille musarder vers de doctes écrits pour d'érudites cuculles, qu'elle nous ponde un manuel pour apprenti gondolier ou qu'elle nous sorte un traité sur le commerce équitable, l'important c'est que loin des ribouldingues et autres frivolités elle décline son engagement au cercle des Pouêtes Pouêtes réapparus ...

 

La faute.

Un soir d’ivresse juvénile, un soir de carnaval entre San Marco et Santa Croce. Une fille inconnue, jeune et jolie comme l’amour qui fleurit. Une ville baignée par les eaux qui bercent les amants dans leurs rêves impudiques. La silhouette d’un gondolier qui glisse sous un pont. Sur la place, une ancestrale fontaine indifférente  au passants qui musardent, exhausse les vœux contre une pièce d’argent. Une petite pièce qui brille sous la lune comme une étoile qui scintille dans la nuit. Les vœux et les promesses étaient si nombreux que la fontaine était devenue une voie lactée où la fille m’emmenait d’étoiles en étoiles. Elle était la gardienne sacrée d’un trésor de rêves.  Sur la margelle, perdue dans l’infini, nous nous sommes embrassés.

Ce fut un accord que j’ai cru équitable entre les amoureux crédules, les dieux qui n’existent pas et moi. Je volais l’argent du trésor et payais la chambre d’hôtel où nos étreintes fécondes furent les seules à tenir leur promesse. La fille tomba enceinte …
Mais la fille disparue, la nuit passa, la magie s’en fut  et moi avec vers d’autres ribouldingues.
L’histoire ne dira pas comment l’inconséquent que je fut aura été rattrapé par cette nuit là.
Mais les rêves volés ne s’envolent pas.
Ils vous poursuivent en cauchemars qui hantent vos nuits avant de noircir vos jours jusqu'à pourrir chaque lumière que le ciel aurait encore daigné vous envoyer.  Les rêves volés reste prisonnier du désir d’un seul. Ils s’aigrissent et creusent leurs rancunes dans les interstices du désir et de la culpabilité.
S’en fut fini du temps béni des bamboulas. J’étais maudit.
Pour expier ma faute, les dieux qui n’existent pas me poussèrent vers la porte des églises.
C’est de ce jour, que depuis ma cellule en bas du monastère, tel un gondolier regardant Venise s’enfoncer sous le poids de son passé, je noie ma vie sous les rigueurs de la cuculle.

 

Repost 0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 00:05

Au départ, il y a des normes, des codes, des règles et toutes ces choses qui nous permettent de tricoter un ensemble de relations sociales qui tentent tant bien que mal de faire société.

A l’intérieur de celles-ci, un écart, une déviance, un trouble, un désordre, une difficulté.

Qu’elle soit éducative, relationnelle, lié au couple parental ou au couple affectif, physique ou culturel, l’aggravation de cette difficulté et son repérage entraîne une rupture dans le déroulement « normale » de la vie par l’irruption de la protection de l’enfance dans la relation entre l’enfant et ses parents.

Lorsque légitimé par le devoir de protection d’un mineur, l’évaluation d’une dégradation de la situation conduit à un placement, ce dernier initie la longue série des ruptures qui jalonneront la vie du futur adulte qui tentera alors, à son tour, tant bien que mal, de faire … société.

 

Lors de cette première rupture il est présenté à l’enfant son référent. Enfin un de ses référents. Normalement c’est celui du l’ASE (aide sociale à l’enfance), son éducateur au se(r)vice d’Aide Sociale à l’Enfance.

Celui-ci le présentera à son éducateur référent dans le foyer il ou va désormais devoir vivre … tant bien que mal.

 

En règles, malheureusement générales, les difficultés persistantes et tenaces se renforçant avec l’age …l’enfant, puis l’ados, reste confié à une institution.  

Les choses, déjà bien lourdes, pourraient en rester là si les « institutions » et les « dispositifs » fonctionnaient correctement. Ce n’est pas le cas.

 

La seconde rupture qui ressemblera après à beaucoup d’autre intervient lorsque à la multiplicité des passages à l’acte qui transgresse les normes, les codes et règles en vigueur, le foyer demande la ré-orientation du jeune.

La caricature hélas trop souvent rencontré, doit signaler qu’au cours de ce premier « passage » de l’enfant « pas sage » dans son foyer, son éducateur « référent » aura sans doute déjà plusieurs fois changé …

 

Il faut à ce stade s’arrêter un instant sur la notion de « référent ». Celui  auquel on se réfere, celui auquel on fait référence, auquel on se rapporte. Il y a dans ce terme autant de lien que d’autorité, autant de confiance que d’empathie. Autant de chose qui permettent que se créer une relation éducative, c'est-à-dire structurante.

Accorder vous votre confiance au point d’abandonner votre lieu de vie, votre présent autant que votre avenir au premier inconnu que l’on vous présente ?

Pourquoi les bébés, les enfants ou les ados devraient ils le faire ?

Avez-vous observé le temps qu’il faut à la plupart des nourrissons de quelques mois pour accepter les bras d’un inconnu ?

Le temps, ce temps pour apprendre à connaître, à se connaître et à se reconnaître est fondamental. Sa durée est fondatrice. Intrinsèquement structurante parce que source de continuité, de stabilité, de cohérence et in finé de sécurité.

On pourras toujours être nommé "référent" par un papier sortie d’une imprimante, la volonté d’une hiérarchie ou la nécessité d’un fonctionnement, on ne pourras jamais que le devenir dans la vie d’un jeune.

Pour l’éducateur référent de l’ASE, la responsabilité est plus lourde encore.

Il est le garant de la continuité que les Conseil Généraux auxquels la loi confie l’enfant se doivent de lui donner. Il est la seule personne que l’enfant connaisse entre chaque foyer. Avec l’inspecteur ASE qui reste plus lointain et lui-même malheureusement parfois dernier garant,  il est le seul à le connaitre, à connaitre son histoire et ses ruptures, à être capable de faire les liens pour tenter de donner un sens à son histoire. Parce qu’il en est dépositaire.

 

Reprenons l’histoire de notre enfant pas sage lorsqu’ « il à mis en échec » le projet qui lui avait été construit.

Géniale expression pour rejeter la responsabilité de « l’échec du placement » sur l’enfant pour que cet échec ne vienne surtout pas questionner la responsabilité de l’institution. Alors que par la répétition de ces aveux d’impuissance, l’Institution apprend à l’enfant de manière performative et au delà de la rupture : la renonciation, la mésestime et la méfiance, l’impossibilité de se projeter positivement dans l’avenir, la culture de l’échec.

 

 

Le foyer étant arrivé « au terme de ce qu’il pouvait apporter » au jeune, il se tourne vers son référent ASE, charge a ce dernier de poursuivre le projet commencé là. Ce projet que l’idéal de la loi à voulu « pour l’enfant » avait donc été « construit » sur mesure afin que - dans l’ordre qui suit - le « projet de l’établissement » soit adapté au « projet pour l’enfant » .

Il convient donc de « re-construire » un nouveau projet adaptable à un nouvel établissement …

Reformulons correctement : notre enfant pas sage devra outre ses difficultés qui poursuivent leurs propres agissements indifférentes aux agitations des travailleurs sociaux, devras donc surmonter celle-ci pour s’adapter, lui, à une nouvel structure. Se sentir bien dans sa nouvelle chambre, même s’il à moins de chance que dans le foyer précédent où il était tout seul et bien vouloir respecter le « contrat », s’investir dans son avenir loin de ses actuelles occupations…

 

Combien de temps la durée doit elle perdurer pour apprendre d’une vie de quoi l’accompagner un certain temps ? Comment fabrique t’on de la durée quand le temps manque ? Comment donne t’on du temps au temps lorsque le temps presse, que l’échéance du placement arrive, que le projet prévu échoue comme un imprévue de dernière minute ? Comment fabrique t’on de la confiance là où la violence d’une solution bricolée fait basculer dans l’inconnu ?

 

Repost 0
Published by farenheit - dans société
commenter cet article
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 00:11

Rester digne. Se garder en révolte et tenter de rester homme.
Continuer d'apprendre pour continuer de se battre
Affuter sa raison plutot que sa lame
Prendre garde au renoncement pour ne pas se perdre



Repost 0
Published by farenheit - dans société
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 18:56
 
Quelques mots
anti_bttp://vousetmoi.blog.20minutes.fr/trackback/75336 pour Elles. 

undefinedPetite ré édition ré-actualisée du billet de 2008 tant il me semble que pas grand chose n'a changé depuis ....

Je me souviens d'un commentaire, un jour, se révoltant de cette unique journée dédiée aux femmes alors que le combat pour l'égalité des sexes, sur lequel il y aurais tant à dire, devrait être un combat de tout les jours...
Oui, bien sur. Je crois cependant que nos sociétés ont besoins de symboles. Ces journées symboliques pour ceci ou pour cela sont peut être les avatars modernes de luttes qui se sont perdus ?
Une lutte érigée, institutionnalisée par décret, est elle pourtant encore une lutte ? Je ne le crois pas. Ce qui était une lutte sociale devient de la sorte une politique publique.

Le combat des femmes pour la reconnaissance de leur place, de leur valeur, de leurs droits s'est fait par des actes, en luttent contre les immobilisme bien arrangeant d'une caste couillu aux prérogatives trop souvents barbares.  Les politiques (dont je rappel qu'elles ont pour finalités de rechercher le bien commun), à fortiori les politiques sociales actuelles se réduisent aux mots de leur discours. Elles sont impuissantes à faire évoluer les archaïques représentations sur les places et les rôles de chacun. 

Et je parle en tant qu'homme. 
Un homme las de porter cet héritage de mâle dominant, forcement dominant s'il veut en être un vrai. 
Un homme assistante sociale qui fait un métier de femme
Un homme qui sait faire le boeuf bourguignon et des petits plats parce que des femmes le lui ont appris.
Un homme qui aimerait que tous les pères s'autorise a pendre 6 mois de congé parental pour leur enfant. 
Un homme qui aimerait que les mecs soient moins con
Un homme parce que des femmes l'ont fait homme

Aux armes citoyennes !
Les hommes ont besoins de vous pour grandir et faire évoluer les représentations. Les mentalités et les inconscients collectifs ne sont jamais figés...mais ne bougent que lentement, générations après générations. 
Mon fils sera moins bête, les votres  également.

Il y a bien des bénéfices secondaires à perdre dans un genre comme dans l'autre, mais tant de bien-être à y gagner ensemble



Bonne journée Mesdames

Farenheit


Photo: http://www.photo-libre.fr
Repost 0
Published by farenheit - dans société
commenter cet article
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 20:30

Je t'attendais comme un enfant perdu dans le grand monde la tête en l'air dans les flaques d'eau que vienne le temps de devenir grand.

Je t'attendais comme un ado en quête d'ailleurs de quelque part où le grand mystère me serais donné dans un champ de blé un soir d'été.

Je t'attendais comme une bête, un prédateur prêt a te mordre d'un croc blessé des amours mortes  poison mortelle  pour les bonnes fées

Je t'attendais comme un espoir un grand soleil pour mes nuits noir pour mes bras encombrés qui n'auraient pas su t'aimer

Passe le temps et les années j'apprends les heures jours après jours  la vie qui meurt et les saisons

J'attends toujours les pieds sur terre t
oujours enfant le coeur lassé que vienne le temps d'un jour peut être

te rencontrer




Repost 0
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:54
Choses promises, choses dues, voiçi les suites de l'éditionn 2009 du concours  sculpture sur neige de Valloire.

Certe, la neige à fondue, mais il me reste quelques images ...


 




 

Rêve de neige de lumière et de nuit

 

L'Envolée fantastique - Canada



Les Canadiens ont eu le prix du public et le 3eme prix du Jury en internationale (j'avais personnellement voté pour eux pour le prix des artistes, elle était réellement fantastique...) .


Le premier prix international  est revenu à l'équipe française de MM. LIEVOR / NOEL / DIANO pour leur projet "Polarité"



Et à notre plus grande joie, surprise, bonheur et tout ce que vous voudrez, Jean ARNOLD, Pierre Jean ARNOLD et moi même avons reçu, avec la sculpture de " l'ArTbre ", sur un projet de Jean, le prix des Artistes et avons été rappelé pour le 1er prix du Jury nationale ...


         Oui, très grande joie, et très très grand moments d'émotion, après 3 jours et quasi 3 nuits de travail ...














Et pour comble de bonheur ( ... et de stresssss! ) , le 1er prix nationale nous selectionne pour concourir en représentant la France dans la catégorie internationale...


La neige de Valloire à fondu mais elle reviendra en 2010...




Repost 0
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:13

Quoi de neuf ? quoi de neuf ?
Certe, a raison d'un article tout les 6 mois, les nouvelles ne sont pas fraiches et les évolutions sont lente ... mais comme le disait mon ami du Corbeau, petit à petit l'oiseau fait son nid ...et les vieux Renard savent patienter ...
Mais ne nous égarons pas, j'ai toujours eu, depuis les premiers articles,  à me faire un peu violence pour que Farenheit ne se perde pas entre les billets d'actualité, les textes et les proses et toutes ces choses plus personnelles qui s'égarent vers le journal intime et le confidentiel.
Dès le départ, je savais aussi que l'artisanat, l'art, la sculpture et l'envie d'en parler me titillerais le clavier comme une gouge dans les fibres d'un hêtre

Je savais donc que ce moment de restituer sur le blog, et peut être de mieux assumer aussi une évolution de moi même,  viendrait un jour. Je ne savais simplement pas la forme que cela prendrait sur le blog et je ne le sais toujours pas !
Pour être tout à fait honnête, les articles, les textes et tout ça me demande du temps, beaucoup de temps, beaucoups trop de temps !
J'ai aussi envie d'une écriture plus fluide, plus légère, plus agréable au moins pour moi ! Compte tenu du nombre de lecteur ...Et j'en profite pour remercier ces rares et honnorables personnes qui s'aventure encore sur les pages oubliées d'over-blog !
 
Tout cela donc pour vous dire que Farenheit est passé de la catégorie "actualité" à la catégorie "culture" avec à l'avenir une part plus importante sur l'art en général et sur ce que je fais en particulier.

Repost 0
Published by farenheit
commenter cet article
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 22:19

Farenheit n'a sommeillé qu'en apparence ces derniers mois où les petites choses de sa vie personnelle ont pris le pas sur les grandes misères du pauvre monde...

Signe peut être d'une évolution de son contenu, reflet sans aucon doute de ma propre évolution, je profite de ce blog pour vous annoncer ma participation (sous mon presque vrai nom de Chamberlin- ils ont fait une faute en l'ortographiant...- et tant pis pour mon anonyma, j'assumerai !) ma participation donc, avec deux autres compères au concours internationale de sculptures sur neige de Valloire du 20 au 23 janvier.

A partir du site de l'office du tourisme de Valloire (rubrique loisirs / sculptures) ou du lien
http://www.valloire.net/fr/hiver/sculptures/neige/index.aspx
vous accedez aux web cams de tout les concurents
Vous y verrez déja de très jolies choses sur les années précedentes et pourrez suivre en "live" l'évolutions des sculptures.
Quelques infos aussi sur les pages de la galerie Quedar : http://galerie-quedar-strasbourg.over-blog.com/

C'est dores et déja un grand bonheur que
de participer à ce bel évennement.

Tirage au sort des emplacements lundi 19
Debut du travail mardi 20
jury Vendredi 23 à midi

                                           



                                                   Projet: arTbre

Repost 0